Carême 2020 : notre lettre de liaison n°19
MesseTB

3ème Dimanche de Carême

Chers amis,

En ce troisième dimanche de Carême, ceux d'entre nous qui habitent en Ile de France et dans certaines régions du monde (des jeûneurs expatriés font partie de notre communauté) sont privés d'Eucharistie dominicale en raison de l'épidémie de Coronavirus. C'est une bien lourde épreuve pour tous ! Ainsi, il nous est donné de communier à la souffrance des chrétiens persécutés, de celle des chrétiens d’Amazonie (pour reprendre une actualité ecclésiale récente), de celle des personnes âgées ou malades qui n’ont, toute l’année, soit pas ou peu de messe, soit que la messe à la télévision ou à la radio.
Certains d'entre nous vont vivre une communion de désir. Tous nous réalisons combien la messe est un véritable trésor. Plus que jamais, notre communion de prière est essentielle. Gardons confiance en Dieu : « Le Seigneur est ma lumière et mon salut, de qui aurais-je crainte ? » (psaume 26).
P. Pierre AMAR

Rions du Carême

En ce dimanche, nous ne jeûnons pas !
C'est l'occasion de raconter ce qu'un jésuite enseignait un jour à propos du Carême : « Jeûner, c'est prendre un seul repas par jour. Donc, jeûner deux fois, c'est prendre deux repas par jour ! » (blague non authentifiée et certainement inventée par un dominicain qui n'aime pas les jésuites).

La Parole du jour

« Si tu savais le don de Dieu » (extrait de l'évangile du jour).

Entre nous

Emouvant témoignage de cette jeûneuse qui se confie à notre prière ; prions pour elle, tous nos malades et tous ceux qui les soignent !
« Je suis la newsletter chaque jour, cette proposition de jeûne n’était pas si évidente au départ étant plutôt gourmande. Je n’ai pas parlé de cette démarche autour de moi.
Puis la semaine dernière mon train-train quotidien bascule : j’apprends que je suis positive au Coronavirus ! Me voici chez moi avec les denrées dont je dispose et qui me suffisent pour plusieurs jours. Mes souhaits de nourriture gourmande passent dans ma tête mais je ne peux sortir et cela m’évite d’aller faire des courses inutiles... providentiel ! Les premiers jours après le diagnostic sont difficiles, la tête pleine d’interrogations, le téléphone qui sonne sans arrêt pour donner des nouvelles, répondre aux questions des inquiets, répondre aux autorités sanitaires qui doivent prendre des décisions vis-à-vis de mes lieux de travail. Puis une autre façon de vivre ce Carême pour me rapprocher du Seigneur apparaît de manière prégnante : comment vivre ce temps de clôture à la maison ? Quel place je laisse à Dieu et par quels moyens ? Comment faire aussi sans les offices, messes en communautés paroissiales qui nous aident et nous soutiennent entre frères et sœurs ? Je vois cela comme une grâce que le Seigneur me donne d’avoir l’espace-temps pour s’y mettre ! Je vous remercie pour ces newsletters quotidiennes qui m’aident vraiment. Soyez assuré de ma prière pour vous, et pour les autres personnes qui suivent cette proposition de jeûne quotidien » (N, 30 ans).