Carême 2020 : notre lettre de liaison n°21
mardi

Mardi de la 3ème semaine de Carême

Chers amis,

Décidément... quel Carême !
L’année dernière, presque à la même époque, la flèche de Notre-Dame s’effondrait dans les flammes, suscitant une émotion immense et légitime. La cathédrale vieille de 850 ans qui nous paraissait indestructible, tant elle avait résisté aux évènements de l’histoire, menaçait de disparaître.
Un an après, voici que le Coronavirus « Covid 19 » vient provoquer notre espérance. Tout nous semble si fragile ! Nos habitudes, nos modes de vie sont remis en cause. L’angoisse et la peur peuvent nous envahir. En plus de nos efforts habituels, dont ce jeûne fait bien sûr partie, le Seigneur semble permettre que nous ayons de nouvelles contrariétés imprévues à offrir, pour un temps de purification et donc pour un Carême encore plus authentique : « tout est grâce » !
P. Pierre AMAR

Des saints en pénitence

« Charles de Foucauld se faisait le très humble serviteur des prêtres qui venaient à Nazareth prêcher la retraite aux sœurs Clarisses. L’un d’eux, après avoir clôturé une retraite un jour de Noël, dînait à la communauté, qui, vu ce grand jour de fête, lui donnait un repas mieux soigné. Après avoir été servi à table par le prétendu serviteur, le prêtre s'adressa à lui : "Maintenant, lui dit-il, à votre tour. Asseyez-vous là et mangez bien". Et simplement, comme l'aurait fait un domestique, content de bien dîner avec les restes de son maître, notre saint laissa pour ce jour son menu ordinaire, pain et eau, se délectant sans doute surtout à la pensée d'être traité comme un pauvre serviteur » (Extrait d’une lettre de la mère abbesse des Clarisses de Nazareth, en 1905, publiée dans « Charles de Foucauld à Nazareth 1897 – 1900 », p. 67).

La Parole du jour

« Ne relâche pas ton amour, Seigneur, purifie ton Église et protège-la ; sans toi elle ne peut être en sûreté : que ta grâce la gouverne toujours. Par Jésus le Christ, notre Seigneur » (oraison de la messe d'hier, lundi de la 3ème semaine de Carême).

Entre nous

La situation complètement inédite que nous connaissons actuellement nous oblige tous à revoir nos modes de fonctionnement. Mais le Carême continue ! Dans quelques semaines, soyons de ceux et celles qui diront : « J’ai profité de la crise du Coronavirus pour… ». Les idées ne manquent pas : lecture, travail (oui, quand même !), sport, bricolage, courrier… et bien sûr prière ! L’argument du « Je n’ai pas le temps » n’est désormais plus possible.
Et dans quelques semaines, grandis dans l'épreuve, certains que le Seigneur nous aura portés, fortifiés, accompagnés, nous vivrons Pâques avec une ferveur renouvelée !