Carême 2020 : notre lettre de liaison n°30
croixsoleil

Jeudi de la 4ème semaine de Carême

Chers amis,

Connaissez-vous la devise des chartreux ? « Stat crux dum orbis volvitur - La croix se tient tandis que le monde tourne ». La croix, symbole de la victoire de la vie sur la mort, la croix symbole de l'amour absolu, la croix symbole que Dieu n'est pas venu supprimer la souffrance, qu'il n'est même pas venu l'expliquer, mais qu'il est venu la remplir de sa présence. En ce Carême, offrons nos croix !
Une dernière consigne : je reçois quelques messages de certains d'entre nous qui me signalent être alités avec de violentes fièvres, probablement à cause du virus Covid 19. Je les confie à la prière de toute notre communauté et (mais faut-il le préciser ?) recommande instamment à ceux/celles d'entre nous qui sont malades d'absolument cesser de jeûner. Qu'ils/elles restent en paix et qu'ils/elles prennent soin de leur santé. Leur Carême sera dorénavant d’offrir, de prier, de sourire… Et nous jeûnerons à leur place !

P. Pierre AMAR

Des saints en pénitence

Poursuivons notre lecture de la vie de saint Dominique Savio (1842-1857) :
« Il [Dominique] lui fut absolument interdit de se livrer à n'importe quelle mortification, sans en avoir demandé d'abord la permission expresse. Il se soumit, avec peine d'ailleurs, à cet ordre formel. Je l'ai rencontré, un jour, tout triste qui s'écriait : "Pauvre de moi, je suis bien ennuyé. Le Christ me dit que si je ne fais pas pénitence, je n'entrerai pas au paradis, et à moi on le défend". "La pénitence que le Seigneur te demande, lui dis-je, c'est d'obéir. Obéis, et pour toi ça suffira. On te permet aussi de faire pénitence en supportant les injures à l'occasion, en endurant patiemment le chaud, le froid, le vent, la pluie, la fatigue et tous les embarras de santé qu'il plaira à Dieu de t'envoyer". "Mais, cela, on le souffre par force"."Ce que tu devrais offrir par force, offre-le à Dieu ; ça se transformera en vertu et en mérite pour ton âme". A ces mots, content et résigné, Dominique s'en fut tranquillisé » (extrait de « Dominique Savio » par Don Bosco, Apostolat des éditions, 1978, p. 103).

La Parole du jour

« L'Eglise ne demande pas des pratiques extraordinaires, et encore moins d'affaiblir des forces dont nous avons besoin afin de remplir fidèlement nos devoirs. Elle demande seulement que nous vivions et agissions dans un esprit de parfaite pénitence » (saint Jean XXIII, extrait d'une allocution du 15 février 1959).

Entre nous

Voici encore un témoignage, qui est aussi un encouragement :

« En union de prière avec S. et J. [cf les témoignages précédents] et tous les autres jeûneurs qui souffrent de devoir s'adapter à leur nouvelle situation ! Gardons confiance et continuons "doucement et paisiblement" ce que nous pouvons, selon nos contraintes momentanées : quand certains ne peuvent pas, d'autres s'y mettent, prennent le relais, et au total c'est le décentrage et la communion entre nous qui grandit aussi. Peut-être n'est-ce pas une course personnelle, mais une course de relais ? Et puis, si tout ne peut être réussi, il y a peut-être quand même une petite privation par amour possible ?
Ma première moitié de Carême était "miteuse" en terme de jeûne radical (...) Mais tous vos beaux témoignages m'ont encouragée derrière mon écran, m'ont montré que c'était possible pour moi (confinée seule, c'est facile quand même !) et le renversement a eu lieu. Rien de spectaculaire, non. Juste une offrande quotidienne au Seigneur. Pas à pas, repas à repas. Humblement, avec Marie et Joseph. Merci de continuer, ensemble » (C. 49 ans).