Carême 2020 : notre lettre de liaison n°31
papa2

Vendredi de la 4ème semaine de Carême

Chers amis,

Le Carême n'est (heureusement) pas une fin en soi : nous marchons vers Pâques ! En cette année 2020, jamais cette fête n'aura eu autant de sens pour nous tous : victoire de la vie sur la mort et de la lumière sur les ténèbres. Bien sûr, la perspective de devoir célébrer cette fête confinés chez nous est extrêmement déroutante. Voilà une nouvelle pénitence à présenter au Seigneur en ce vendredi de Carême.
Gardons confiance : « Dieu est aux commandes ! » me disait récemment un prêtre du Bénin qui venait aux nouvelles depuis l'Afrique. Nos combats et nos engagements participent à une œuvre bien plus grande qui nous dépasse : l’œuvre de Dieu. La difficulté c’est que nous sommes trop vite découragés par nos échecs, trop vite grisés par nos victoires alors que nous participons à un combat bien plus grand : la lutte entre le bien et le mal, entre la culture de vie et la culture de mort, entre la vérité et le mensonge, entre la sainteté et le péché. Au milieu de tout cela, le plan de Dieu est en train de se réaliser au delà de nos échecs et de nos victoires !

P. Pierre AMAR

Des saints en pénitence

Voici ce qu'on apprend de la vie du père Damien de Molokaï, également appelé saint Damien de Veuster (1840-1889), apôtre des lépreux, canonisé en 2009 :

« Son goût de l’austérité des Pères du désert, poussait le frère Damien à renchérir sur les pratiques communautaires : « Une nuit que nous couchions dans la même chambre racontait le frère Pamphile, je m’éveille et crois voir, dans la pénombre, un gros paquet devant mon lit. C’était mon frère qui dormait par terre, à défaut de la planche de Trémélo ». La discipline n’était pas triste pour autant. Sa jovialité et son gai bavardage, balivernes ou propos saugrenus à la flamande, provoquaient une détente de nerfs bien innocentes » (extrait de « Le père Damien » de Vital Jourdan, Fayard, 1958, p. 25).

La Parole du jour

« Tu ne craindras ni les terreurs de la nuit, ni la flèche qui vole au grand jour, ni la peste qui marche dans les ténèbres, ni la contagion qui frappe en plein midi » (psaume 91, 5-6).

Entre nous

Merci pour vos messages, humbles témoignages des combats et des luttes de chacun. N'hésitez pas à en envoyer d'autres en écrivant à cette adresse. Nous sommes des pauvres qui marchons ensemble vers Pâques !