Carême 2020 : notre lettre de liaison n°10
IMG_7209

Vendredi de la 1ère semaine de Carême

Bonjour à tous !

L’avez-vous remarqué ? Il y a un méchant virus qui sévit en ce moment. Il s'appelle le péché. Celui-là ne vient pas de Chine et il frappe même en dehors de l'hiver, nuit et jour, toute l’année et dans tous les pays. Impossible de ne pas être contaminés, sauf si vous êtes la Vierge Marie ou Jésus. Il est néanmoins possible d’en limiter les effets, par un remède qui s’appelle le Carême ! Une période de quarante jours pour que la prière, le partage et le jeûne nous permettent de vivre de la résurrection du Sauveur, le jour de Pâques.
Le remède est impuissant pour ceux qui pensent qu'ils ne seront jamais atteints ou qu'ils guériront tout seuls. Il existe aussi un facilitateur : se soutenir entre frères et sœurs par la prière commune, la fréquentation des sacrements, surtout celui de la confession... [trouvé sur Internet]

Des saints en pénitence

On raconte que pendant le Carême 1211, saint François d’Assise fut inspiré de partir quarante jours sur une île du lac de Pérouse où personne n’habitait.
« Il n'emporta avec lui rien d'autre que deux petits pains. Là, dans un taillis touffu, où beaucoup de ronces et d'arbustes avaient formé comme une sorte de petite cabane, il se mit en oraison pour contempler les choses célestes. Et il resta là tout le carême sans boire ni manger rien d'autre que… la moitié d'un de ces petits pains ! Il chassa loin de lui le venin de la vaine gloire, et à l'exemple du Christ, il jeûna quarante jours et quarante nuits » (Extrait des Fioretti de saint François).

Les saints sont décidément admirables mais pas toujours imitables !


La Parole du jour

« Si tu retiens les fautes, Seigneur, Seigneur, qui subsistera ?
Mais près de toi se trouve le pardon pour que l’homme te craigne.
Oui, près du Seigneur, est l’amour ; près de lui, abonde le rachat.
C’est lui qui rachètera Israël de toutes ses fautes ».
(Extrait du psaume du jour)

Entre nous

Etes-vous parvenu à vivre une ou plusieurs stations du chemin de croix vendredi dernier ? Pourquoi ne pas recommencer aujourd’hui ? Voilà une belle dévotion, à laquelle saint Jean Paul II était très fidèle, qui nous fait marcher sur les pas du Christ pour reprendre conscience de ce qu’il a vécu pour nous. L’amour appelle l’amour et si nous sommes souvent tièdes dans notre amour de Jésus, c’est bien parce que nous avons oublié de quel amour nous avons été aimés. Tout au long des stations du chemin de croix, nous reprenons conscience que le Seigneur ne nous a pas aimé à moitié. Il est allé jusqu’au bout, il nous a aimé jusqu’au bout.

A demain, samedi, pour d'autres nouvelles !

P. Pierre AMAR